Vichy, un passé qui ne passe pas ?

Translated title of the contribution: Vichy, a past that does not pass?

Manuel Bragança*

*Corresponding author for this work

Research output: Contribution to journalArticle

3 Citations (Scopus)
1131 Downloads (Pure)

Abstract

La Seconde Guerre mondiale demeure très présente dans les mémoires des Français qui seraient plongés dans une « phase obsessionnelle » depuis le début des années 1970 selon l’historien Henry Rousso. Notre étude se propose de vérifier dans quelle mesure cela reste vrai de nos jours. Elle entend le faire non pas en se basant sur ses occurrences dans la presse ou dans les médias – ce qui, paradoxalement, pourrait ne faire ressortir que ce qui est du domaine de l’épidermique – mais indirectement, à travers les romans et, plus précisément, les best-sellers qui sont, selon de nombreux critiques, des miroirs privilégiés de l’inconscient collectif ou de l’imaginaire d’une époque que, en retour, ils contribuent à façonner. Nous distinguerons quatre phases depuis 1945. Or, les best-sellers contemporains, ceux de la quatrième et dernière phase, présentent nombre de caractéristiques communes qui suggèrent que ce passé difficile est bel et bien en train de passer.
Original languageFrench
Pages (from-to)309-319
Number of pages11
JournalFrench Cultural Studies
Volume25
Issue number3-4
DOIs
Publication statusPublished - Aug 2014

ASJC Scopus subject areas

  • Cultural Studies
  • History

Fingerprint Dive into the research topics of 'Vichy, a past that does not pass?'. Together they form a unique fingerprint.

  • Cite this