La Représentation des Allemands dans le Roman Français de l'immédiat Après-Seconde Guerre Mondiale / Representations of Germans in French Novels in the Aftermath of World War II

  • Manuel Braganca

Student thesis: Doctoral ThesisDoctor of Philosophy

Abstract

Cette etude se divisera en cinq chapitres. Le premier, intitule 'Entre souvenirs, rumeurs et fantasmes : la (re)decouverte des Allemands dans Les chemins de la Liberte de Jean-Paul Sartre', s'attachera a suivre I'apparition progressive du danger allemand aux yeux du personnel romanesque de la trilogie sartrienne. En se focalisant sur la periode de I'avant-guerre et en multipliant les points de vue, nous verrons comment cette trilogie aide a comprendre combien la realite des Allemands pouvait etre difficile a apprehender non pas en depit de mais precisement d cause des conflits precedents entre la France et I'Allemagne. Nous montrerons surtout comment la terminologie utilisee par Sartre - qui distingue les Prussiens, des
Autrichiens et des Allemands victimes des nouveaux Allemands - traduit non seulement une identite composite mais aussi une perception differente des Allemands selon notamment les classes sociales des personnages. Enfin, nous verrons comment les personnages alsaciens, en revelant la nature aleatoire de chaque nationalite, revelent aussi que c'est precisement la guerre qui exacerbe les differences, 'toute guerre [etant] un manicheisme1, ecrira Sartre.

Le second chapitre est intitule 'Les figures collectives des Allemands' et portera sur I'ensemble des romans du corpus. Toute figure collective ne peut se limiter qu'a des actions collectives, simples, qui ont des lors moins valeur d'action (de faire) que de manifestation symbolique de leur etre, qui reste largement inchange. Cette desindividualisation est renforcee par le fait que tous les Allemands sont des soldats, des occupants identifiables a leur uniforme qui, comme le souligne I'etymologie latine de ce mot, desindividualise. Cependant, nous verrons que ces textes ne font pas uniquement que desindividualiser les Allemands: ils les depersonnalisent, rendant par la-meme leurs differences irreductibles jusqu'a en devenir une difference de nature. Sauf a de rares et ponctuelles exceptions sur lesquelles nous insisterons, les figures collectives des Allemands ne se detachent pas de celles des Nazis: ecrits ou penses pendant la guerre, ces romans sont encore des romans de combats, engages, montrant les Francais et les Allemands separes
par 'une barriere de feu'.

Notre troisieme chapitre portera ensuite sur la figure individuelle du 'bon
Allemand', une figure qui revient sous des traits similaires dans les textes de Gary, Bory et Curtis. Nous montrerons d'abord en quoi consiste la bonte du 'bon Allemand' au sein de I'axiologie de son texte respectif. Surtout, nous verrons que toute une serie de strategies textuelles limite ('impact de la bonte de ce 'bon Allemand' lors de la lecture. Finalement, en deplagant notre attention du couple narrateur-narrataire vers le couple auteur-lecteur reel, nous nous interrogerons sur les raisons qui ont pu pousser ces romanciers a inclure un 'bon' Allemand dans leur roman; et, puisque tout succes litteraire est la rencontre d'une oeuvre et d'une attente, nous tenterons finalement de voir en quoi ce 'bon Allemand' a pu repondre a une certaine attente des lecteurs reels.

Notre quatrieme chapitre analysera la figure du 'mauvais Allemand' qui, le lecteur s'en doutera, est largement un negotif- au sens photographique du terme - du 'bon Allemand', tant dans ses attributs et 'qualites' que dans sa mise en recit. Neanmoins, s'il n'y a qu'une maniere de fondre un personnage dans le systeme des valeurs d'un texte, il y a bien des manieres de ne pas s'y conformer. Nous verrons que c'est surtout le manque de caracterisation de ce personnage qui le rend particulierement efficace puisque les romanciers obligent des lors leurs lecteurs a s'investir davantage dans son portrait, a le completer, a projeter en lui ce qu'ils estiment etre negatif ou mauvais, selon leurs experiences textuelles ou hors- textuelles.

Enfin, notre dernier chapitre sera consacre au personnage d'Hitler dans Le sursis de Sartre. Ce texte est le seul au sein de notre corpus a ne pas faire que citer le norm d'Hitler puisque celui-ci y figure sous les traits d'un personnage
problematique a bien des egards. Bien qu'omnipresent dans les esprits de tous les personnages, le personnage d'Hitler n'apparaTt lui-meme que tres peu. Aussi, c'est surtout le decalage entre sa presence dans les esprits de tous les personnages et I'absence de son personnage qui cree une attente et une tension permanente dans ce texte. Or, en insistant ainsi sur les fa^ons multiples dont Hitler est per^u, Sartre place finalement le lecteur devant un personnage difficilement saisissable, ni 'bon' ni 'mauvais1, semblant osciller entre les roles de 'manipulateur' et de 'manipule' par les evenements.

Date of AwardJan 2010
LanguageFrench
Awarding Institution
  • Queen's University Belfast

Cite this